En cas de défaut de conformité, l'acheteur choisit entre la réparation et le remplacement du bien. Toutefois, le vendeur peut ne pas procéder selon le choix de l'acheteur si ce choix entraîne « un coût manifestement disproportionné au regard de l'autre modalité, compte tenu de la valeur du bien ou de l'importance du défaut ». Il est alors tenu de procéder, sauf impossibilité, selon la modalité non choisie par l'acheteur.

Si la réparation et le remplacement du bien sont impossibles, l'acheteur peut rendre le bien et se faire restituer le prix ou garder le bien et se faire rendre une partie du prix. Cette option est aussi ouverte :

1° Si la solution demandée par l’acheteur ou proposée par le vendeur ne peut être mise en oeuvre dans le délai d'un mois suivant la réclamation ;

2° Ou si cette solution ne peut l'être sans inconvénient majeur pour celui-ci « compte tenu de la nature du bien et de l'usage qu'il recherche ».

La mise en jeu de la garantie a lieu sans aucun frais pour l'acheteur, qui peut en outre demander des dommages et intérêts s’il a subi un préjudice.