Le consommateur constatant une pratique qu’il estime trompeuse peut solliciter dans un premier temps un arrangement amiable avec le commerçant. Si cette démarche n’aboutit pas, ou s’il ne souhaite pas l’engager, il peut porter plainte auprès de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et se constituer partie civile pour obtenir des dommages et intérêts. S’il ne souhaite pas agir sur le plan pénal, il peut se contenter d’assigner l’entreprise fautive devant les tribunaux civils.