Un agent public doit consacrer l’intégralité de son activité professionnelle aux tâches qui lui sont confiées. Il ne pourra exercer en parallèle une activité privée lucrative que si celle-ci est accessoire et ne porte pas atteinte au fonctionnement, à l’indépendance ou à la neutralité du service public.

Cette activité pourra être exercée via le statut d’auto-entrepreneur sous réserve de l’obtention des divers avis et autorisations de l’administration employeur dans le cadre du cumul d’activité.

Bon à savoir : pour toutes les créations d’activité depuis le 1er janvier 2016, le terme de « micro-entrepreneur » est substitué à celui d’« auto-entrepreneur » sans que le statut en soit changé.