Le 1er mai est obligatoirement un jour férié non travaillé et payé sauf, pour les établissements et services qui, en raison de la nature de leur activité, ne peuvent interrompre le travail.

Si le 1er mai chômé tombe un jour normalement travaillé dans l’entreprise, vous bénéficiez d’un maintien de salaire ce jour là.

A l’inverse, si le 1er mai chômé tombe un jour que vous ne devez pas travailler, vous ne percevez pas de salaire pour ce jour là, sauf dispositions conventionnelles ou usages plus favorables.

Si le 1er mai est travaillé du fait de la nature de l’activité de l’entreprise,le salarié a droit, en plus du salaire correspondant au travail accompli ce jour là, à une indemnité égale au montant de ce salaire.