Quelle que soit son ancienneté dans l’entreprise, un salarié qui devient père bénéficie :

- d’une autorisation d’absence de 3 jours, rémunérés par l’employeur, à l’occasion de la naissance ou de l’adoption d’un enfant,

- de 11 jours (18 jours en cas de naissance multiple) de congé de paternité, indemnisés par la Sécurité sociale.

Ce congé de paternité peut être accolé aux 3 jours de congé pour naissance ou adoption de l’enfant.

Le congé de paternité doit être pris dans les 4 mois suivant la naissance de l’enfant.

Un report du congé est toutefois possible lorsque l’enfant est hospitalisé ou lorsque le père bénéficie d’un congé postnatal à la suite du décès de la mère.

Le salarié qui souhaite bénéficier du congé de paternité doit en informer son employeur au moins 1 mois avant le début du congé. Il doit indiquer dans son courrier la date à laquelle il souhaite prendre son congé, le nombre prévu de jours d’absence, la date de reprise du travail, un extrait d’acte de naissance ou un certificat médical précisant la date d’accouchement prévue.

Dès lors que ces conditions sont respectées, le congé est de droit, et l’employeur, qui s’y opposerait, s’exposerait au versement de dommages et intérêts en faveur du salarié.