Selon le nombre d’acheteurs potentiels, il est plus ou moins facile de négocier le prix d’un bien immobilier. La période à laquelle vous faites une proposition d’achat peut avoir un impact sur le prix du logement, et sur vos chances de l'obtenir.

 

  • Au printemps : faire face à la concurrence

C'est au printemps que la demande est la plus forte. Vous serez en concurrence avec beaucoup d’autres acheteurs potentiels. Inévitablement, la négociation sera plus délicate.

 

  • L’été : le moment des négociations

En règle générale, au cours de l'été, les ventes immobilières ralentissent. Les acheteurs sont en vacances, la concurrence est donc moins forte et vous pouvez négocier plus facilement auprès des vendeurs. Si un bien vous intéresse, vous aurez plus de chances de l’obtenir puisque vous serez sûrement peu nombreux à le convoiter.

 

  • En automne : une concurrence modérée

Cette saison annonce la reprise progressive de la concurrence immobilière, après un été marqué par des achats peu nombreux. La concurrence sera plus forte, tout en restant modérée. Il est toujours possible de négocier.

 

  • En hiver : prendre l’avantage

Comme en été, l’offre dépasse la demande. La négociation est plus aisée et il est donc plus simple d’obtenir le bien que vous désirez acheter.

 

En conclusion, le printemps s’avère être la seule période délicate pour partir à la recherche d'un bien immobilier. Le reste de l'année, il est tout à fait possible de négocier et d'obtenir le bien de vos rêves. À vous de tirer le meilleur parti de la saisonnalité. Il peut être intéressant pour vous de mener une recherche active à partir de mi-octobre afin de conclure par la signature du compromis en décembre ou en janvier. Vous aurez ainsi moins de concurrence et plus d’écoute de la part des vendeurs.

Contenu purement informatif.