travaux rénovation

Décryptages

Financer des travaux de rénovation
énergétique : des solutions sur-mesure

Isolation de la toiture, remplacement des fenêtres, installation d’un système de chauffage solaire…Autant de travaux qui vous permettent de réduire vos factures d’énergie tout en améliorant l’efficacité énergétique de votre logement, et ce à moindre coût.

 

Les travaux d’amélioration des performances énergétiques d’un logement s’inscrivent dans un contexte de villes durables, moins énergivores et donc plus respectueuses de l’environnement. Encouragés par l’État, ils bénéficient de plusieurs dispositifs d’aides financières adaptés à chaque projet, que l’on soit locataire ou propriétaire.

 

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

 

Le CITE permet de déduire 15 à 30 % du coût des travaux de rénovation énergétique réalisés en 2018 de son impôt sur le revenu. Il concerne notamment l’installation d’une chaudière à haute performance énergétique ou l’isolation thermique des vitrages et des parois opaques (murs, toitures, plancher…). Le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt est plafonné à 8 000 euros pour une personne célibataire et 16 000 euros pour un couple soumis à une imposition commune. À noter qu’à compter du 1er janvier 2019, le CITE devrait se transformer en un mécanisme de prime versée aux ménages dès la fin des travaux.

 

La TVA à taux réduit

 

Certains travaux de rénovation énergétique peuvent bénéficier d'une TVA à taux réduit à 5,5 %, comme la pose d’une chaudière à condensation ou d’un appareil de régulation de chauffage. Cette ristourne ne s’applique qu’aux logements achevés depuis plus de 2 ans, qu’il s’agisse d’une résidence principale ou secondaire. La TVA à taux réduit est appliquée directement sur la facture des travaux fournie par l’entreprise intervenue sur le chantier.

 

Le chèque énergie

 

Destiné aux personnes aux revenus modestes, le chèque-énergie aide à payer les factures d’énergie ou les travaux de rénovation énergétique comme l’isolation de la toiture ou le raccordement à un réseau de chaleur. C’est l’administration fiscale qui se charge d’envoyer le chèque aux personnes éligibles. Valable deux ans, son montant varie de 48 à 227 euros en fonction des revenus du foyer. Le chèque énergie peut être donné directement à l’entrepreneur qui a réalisé les travaux.

 

L’éco-prêt à taux zéro

 

L’éco-PTZ permet de financer les travaux rénovation énergétique sans intérêts et sans avance de trésorerie. Il s’adresse uniquement aux propriétaires, qu’ils soient occupants ou bailleurs. Le logement doit être déclaré comme résidence principale et avoir été achevé avant le 1er janvier 1990. Il est possible de demander un second éco-PTZ pour le même logement pour financer d’autres travaux que ceux concernés par le premier prêt, à condition que la somme des deux prêts ne dépasse pas 30 000 euros. 

 

Attention, pour être éligibles aux aides, les travaux doivent être réalisés par un artisan déclaré détenant la mention RGE (Reconnu garant de l’environnement). Tous sont recensés sur le portail gouvernemental renovation-info-service.

 

Rappelons enfin que réaliser soi-même les travaux les plus simples revient à réaliser des économies, même sans bénéficier de subventions. 

Crédits artursfoto