Trois pistes pour améliorer l’accès aux services publics dans les territoires ruraux

DÉCRYPTAGE

Trois pistes pour améliorer l’accès
aux services publics
dans les territoires ruraux

L’accès de chacun aux services publics est l’une des promesses de l’action publique. Mais entre le coût élevé de leur maintien dans les zones rurales et l’allongement des distances que doivent parcourir les administrés, l’équation semble parfois insoluble. Voici trois initiatives qui tentent de changer la donne !


Si les territoires isolés ont tendance à pâtir d’un moindre accès aux services publics essentiels, il ne s’agit pas pour autant d’une fatalité. Dans son rapport « L’accès aux services publics dans les territoires ruraux », la Cour des Comptes met en lumière certaines initiatives qui, sans être parfaites, démontrent que l’innovation publique peut apporter des réponses. 


Rapprocher les citoyens des services essentiels : les Maisons de services au public (MSAP), futures « maisons France Service ».

Recevant chaque année plus de deux millions de visites, les 1150 MSAP de France permettent en un lieu unique de recueillir des informations et de réaliser des démarches relatives à une multitude d’opérateurs (Pôle Emploi, la CNAF, la CNAV, GRDF, La Poste…). 58% d’entre elles sont situées dans des zones très peu denses.

Les usagers y trouvent la proximité, le contact humain et le conseil qu’ils attendent. Mieux, ils y sont accompagnés dans l’utilisation des services numériques. Un enjeu majeur pour une population souvent âgée et peu connectée, alors que la fracture numérique est identifiée comme le Défenseur des Droits comme l’un des principaux freins actuels à l’accès aux droits.

Dans les Vosges par exemple, les 22 MSAP ont été sollicitées à 60 788 reprises en 2017, soit une fréquentation en progression de 35% sur un an. Et de nouvelles expérimentations sont en cours, comme une MSAP itinérante et véhiculée en Ardèche et dans l’Aisne.

Ce dispositif a le vent en poupe ! Rebaptisé « maisons France Service » en juin 2019, il devrait compter 2 000 points d’accueil, soit un par canton, à l’horizon 2022 : les zones rurales et quartiers prioritaires de la ville seront les premiers dotés.


Lutter contre les déserts médicaux : maisons de santé pluri-professionnelles et télémédecine.

554 des 1 441 maisons de santé pluri-professionnelles de France sont situées en zone rurale. Soutenu par l’État et les collectivités, conventionné par les Agences régionales de santé (ARS), ce dispositif entend attirer lesprofessionnels de santé dans les zones sous-dotées en facilitant l’obtention de locaux et en assurant de bonnes conditions de travail.

L’implication des élus, des professionnels de santé ainsi que l’adaptation de l’organisation au contexte local sont les clés des expériences les plus réussies. Afin de faire face à l’étendue de la zone à couvrir dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin, les praticiens y ont par exemple mis en place un service ambulatoire assurant une permanence des soins sur quatre sites.

La télémédecine ouvre également des pistes intéressantes. En Corrèze, les médecins généralistes de campagne peuvent solliciter via tablette l’avis des spécialistes du Centre Hospitalier de Tulle au sujet de plaies complexes. De même, les IRM réalisées à Ussel, Tulle ou Brive peuvent dans certains cas faire l’objet d’une téléconsultation en urgence auprès d’un neurologue du Centre Hospitalier Universitaire de Limoges. Une manière de raccourcir les distances et d’assurer une bonne qualité de prise en charge.


Faciliter les déplacements : les plateformes de mobilité.

La France compte à ce jour plus d’une centaine de plateformes de mobilité, dont un tiers en ruralité. Ces lieux-ressources proposent des solutions de déplacement mutualisées et adaptées aux besoins de chacun : transports collectifs, voitures, deux-roues, etc.

Ces plateformes répondent ainsi à des enjeux divers : 

  • En Gironde, Wimoov facilite la mobilité des personnes âgées dépendantes – devant se rendre à une consultation médicale par exemple – en centralisant l’action des structures préexistantes en la matière.

  • En Bourgogne, c’est l’accès des publics en insertion professionnelle à la mobilité qui est visé par la mission locale de Châtillon Portes de Bourgogne : soutien au passage de l’examen du code de la route, ateliers collectifs, location de véhicules à prix modérés… 

Alors que les distances domicile-travail ont tendance à s’allonger, favoriser une appréhension pratique, économique et écologique des déplacements répond aussi bien à des enjeux d’accessibilité que de mieux-être. 


Quand il s’agit d’innover pour se rapprocher des citoyens, les services publics bougent !



Crédit photo : IStock / Gregory_DUBUS